Vins d’Australie : quels sont les trésors encore méconnus ?

L’Australie possède approximativement plus de 2300 caves. Pourtant, seulement vingt caves représentent 80 % de toutes les ventes de vin du pays. Visiblement, ces grandes entreprises dominent le paysage viticole du pays.

De temps en temps, nos bouches comme nos goûts doivent partir hors des sentiers battus pour la recherche des vins qui sont hors du commun. Concrètement, la majorité se focalise sur des vins qui ont une personnalité plutôt qu’un profil de goût testé par un groupe d’étude de marché.

Voici quelques caves avec des produits qui peuvent être trouvés dans les boutiques ou en ligne.

Lisez également notre guide pour investir dans un vignoble.

Chalmers

Bruce et Jenny Chalmers dirigent la plus grande pépinière de vignes d’Australie. Leur spécialité se base sur des variétés alternatives. Plus particulièrement, ce sont des vins issus de variété au nom bizarre et souvent imprononçable. Par contre, leurs variétés italiennes se distinguent fortement. Entre autres, les rouges comme le lagrein, l’aglianico et le sagrantino font des merveilles. Et les blancs issus de raisins comme la malvasia istriana et le vermentino sont aussi d’excellents choix. Exotique et sec, le Vermentino Chalmers est vendu à vingt trois euros. C’est le genre de produit qui pourrait plaire aux amateurs de verdelho.

Gembrook Hill

La qualité, la finesse et l’individualité sont leur credo. Avec un cépage presque piquant, mais agréable, leur sauvignon blanc est disponible pour trente euros. Au même prix, leur chardonnay témoigne d’une grande légèreté tandis que le pinot noir est un vin rouge long et merveilleusement parfumé. Pour quarante euros, sa buvabilité est uniformément élevée.

Geoff Weaver

Pendant un certain temps, Weaver a planté ses premières vignes dans les collines d’Adélaïde en 1982. Ensuite, le viticulteur a produit son propre vin depuis 1992. Visiblement, ce dernier a eu le temps de bien faire les choses. Le sauvignon blanc, le riesling, le chardonnay, le pinot et le cabernet sont tous des vins de la plus haute qualité. C’est une merveilleuse qualité qui combine pureté et retenue. Pour trente-deux euros, son chardonnay est un vin complexe et élégant. Avec une blancheur minérale, sa capacité de vieillissement en bouteille est presque rare de nos jours.

Meerea

Rhys et Garth Eather, les propriétaires de Meerea ont une lignée viticole qui date du milieu du dix-neuvième siècle. Sans aucun doute, la production de vins est clairement dans leur sang. Fabriqués principalement à partir de sémillon, de Chiraz ainsi que d’autres productions des régions environnantes, leur vin blanc disposent d’une clarté sans tache. Probablement le plus vendu, le Meerea Park Shiraz est vendu à quinze euros.

Michael Unwin

Michael Unwin produit des vins à partir de sa cave à Beaufort. Son entreprise dispose d’un grand nombre de vins dans plusieurs styles et de gammes, comme la gamme Tatooed Lady ou Acrobat. Par exemple, la One Goat Shiraz est vendue à quinze euros.

Munari

Avec Adrian Munari, les vins affichent un grand sens des lieux. Ses rouges semblaient rustiques, mais sont également sous-tendus par la concentration et la structure. La gamme n’est pas trop vaste, mais le Ladys Pass Shiraz est la meilleure expression du vignoble pour quarante et un euros. Entre autres, le Schoolhouse Red à vingt-huit euros est un mélange régional qui peut être un atout pour vos papilles.

Murray Street

L’entreprise est dirigée par Andrew Seppelt, un descendant direct du célèbre Benno Seppelt, l’homme qui a créé Seppeltsfield au dix-neuvième siècle. Aujourd’hui, les vins de Murray Street reflètent la qualité des vignobles australs. Avec une vinification intelligente, l’entreprise reste fidèle à la région en gardant le goût d’alcool ouvertement élevé, mais très appréciable en bouche. Pour vingt-trois euros, le Barossa est un assemblage de plusieurs cépages rouges en restant fidèle au nom d’origine.

Pondalowie

Dominic et Kystina Morris apportent une touche portugaise et française à leurs vins. Ce sont les endroits où ces derniers ont étudié et se sont formés aux arts secrets du vin. Pour vingt-trois euros, le Tempranillo comme le raisin rouge d’Iberia semblent avoir une affinité naturelle. Celui-ci est non boisé et exprime bien la nature séduisante, aromatique, fruitée et structurée par les tannins du tempranillo.

Samuel’s Gorge

Justin McNamee a fait des merveilles à Tatachilla avant d’apporter sa propre vision du vin à Samuel’s Gorge. Son approche réside sur le pressurage en panier, l’utilisation des vieilles cuves de fermentation en ardoise. Idéalement, ces procédures capturent la véritable personnalité des raisins locaux. C’est un autre bon producteur de tempranillo. Pour quarante euros, c’est leur grenache Samuel’s Gorge qui fait que ceux qui y ont gouté se demandent pourquoi les gens ne boivent pas davantage de ce rouge fruité et texturé si caractéristique.

SC Pannell

Sans doute l’un des meilleurs et des plus innovants vignerons d’Australie, l’expression pure du raisin le plus parfait est au cœur des efforts de Pannell. Principalement, le producteur met en vente du grenache et du Chiraz. En outre, leur nebbiolo SC Pannell pour quarante-cinq euros capture parfaitement l’acidité, la couleur pâle et le parfum étrangement rosé d’un vin rouge du nord-ouest de l’Italie. Et les tanins sont là pour que tout reste bien droit.